VANITES DES VANITES…

Publié le par NEOAFRICAIN

OFRTP-FRANCE-VILLEPIN-BONDY-20100119.jpg

« Vae Victis » « Malheur aux vaincus ! ».

En politique, il suffit d’un moindre revers électoral pour que vos concurrents se sentent pousser des ailes et que leurs ambitions les plus folles se déchaînent. Il est vrai que la magistrature suprême a toujours fasciné, surtout dans un système politique français où depuis De Gaulle, l’essentiel des pouvoirs sont dans les mains du Président de la République.

Dans cette course déraisonnable, le dernier à se lancer est Dominique de Villepin, porté par sa haine personnelle contre Sarkozy qui s’est renforcée tout au long du procès « CLEARSTREAM » et par le sentiment aussi profond qu’irrationnel que c’est lui aurait dû être Président et non pas celui dont on dit qu’il qualifierait en privé de « Hongrois qui a posé ses bagages en France alors qu’il se rendait aux Etats-Unis ».

Il y en a d’autres qui ne vivent et ne rêvent que de cette fonction ; un peu comme ces papillons de nuit qui se brûlent les ailes à force de vouloir se rapprocher de la lumière. Ségolène Royal qui n’a pas supporté sa défaite aux élections de 2007 et puis celle qu’elle a subie face Martine Aubry pour la Direction du PS ; il y a bien-sûr Bayrou qui a terminé 3ème en 2007 et dont le parti politique s’effondre d’élections en élections pour obtenir + ou – 4% lors des régionales… ; LEPEN aussi est un obsédé de la présidentielle, bien que tout le monde sait qu’il n’a aucune chance. Je faisais partie de ceux qui dès l’annonce de la victoire de celui-ci au 1er  tour des élections présidentielles de 2002 sur Jospin, avaient célébrer la défaite du socialiste, sans craindre une seconde que LEPEN puisse devenir président. L’extrême droite en France ne dépassera jamais 20% de l’électorat.

Pourquoi la candidature de Villepin est-elle déraisonnable ?

Parce que depuis l’après-guerre, seul le Grand De Gaulle a su réellement forger cette image de Commandeur de la Nation qui se positionne au-dessus des partis, seul lui a su incarner la France a ce point. Et bien évidement, Dominique Galouzeau de Villepin n’a pas le talent du grand Général. Tous les autres ont bénéficié du soutien puissant d’un parti politique, avec un réseau d’élus, de militants et avec tout le financement qui l’accompagne. Homme de Droite, il n’a pas non plus le charisme d’un napoléon (que par ailleurs il a si bien décrit dans ses ouvrages) qui, sous un autre régime politique, a su transcender les foules au point de se faire apprécier de toutes les couches de la société…

Sur le plan purement politique, il aura de la peine à convaincre, tant il a été un 1er Ministre impopulaire. Bien-sûr Sarkozy doit ménager le clan chiraquien qui représente encore quelque chose de significatif en France et qui pourrait lui nuire au moment des échéances. La nomination de BAROIN comme Ministre du budget cette semaine doit être comprise dans ce sens. Quant à de VILLEPIN ;  il représente le pire de la Présidence de Jacques Chirac. La dissolution de 1997 qui a permis à la gauche de gouverner la France pendant 5ans ; et la fin de la Présidence avec ces millions de jeunes descendus dans la rue, pour le conspuer à cause de la tristement célèbre loi « CPE », qui était une vraie catastrophe.

Ceux qui ont subi ces deux épisodes douloureux se souviennent des décisions politiques que peut prendre un homme politique qui connait a

A le voir briller sous les feux des projecteurs ce matin lors de sa grande sortie, j’ai le cru retrouver lors de son intervention télévisée en 2003 au Conseil de Sécurité de l’ONU quand il a cru bon d’humilier l’allié américain sur le conflit en Irak. A près de 60ans, il demeure dans l’esprit de beaucoup de Français cet homme de carrière qui n’a jamais voulu ni osé se présenter à une élection de sa vie et qui a profité durant 30ans, de belles nominations et de postes très avantageux de diplomate et de haut fonctionnaire.  

Curieux que celui qui a une si belle plume (*) ne s’applique pas à lui-même la maxime grecque « Connais-toi toi-même ! ». Mais le drame avec cette vanité mal placée, c’est que même si ce grand prétentieux ne représente que 3 ou 4% de l’électorat, ce serait largement suffisant pour faire battre la Droite.

Une grande « primaire à l’américaine » pour désigner serait peut-être la solution pour faire taire toutes ces velléités, mais rien n’est moins sûr, surtout que Dominique de Villepin, qui se croit trop important pour cela a déjà refusé cette solution.

Vanités des Vanités, tout est Vanité….

(*) A lire notamment :  « Les Cent jours ou l’esprit de sacrifice » (sur Napoléon) 

 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article