Un peu de pudeur…

Publié le par NEOAFRICAIN

dont-ask-dont-tell.jpg

A la veille du très sérieux « Mémorial Day »,  journée fériée aux Etats-Unis pour commémorer les soldats morts durant des conflits armés; il faut regretter la façon politicienne et vulgaire que la majorité démocrate actuelle a de traiter les questions de Sécurité Nationale.

En effet, celle-ci se prépare à voter une loi de financement qui prévoit sournoisement, à côté de financements essentiels pour les conflits actuels, de renoncer à la politique de « Don’t ask, don’t tell », et de permettre des avortements dans les hôpitaux militaires. On voit bien la conception qu’ils ont des grands enjeux stratégiques qui secouent le monde. La lutte contre le terrorisme mondial, contre l’islamisme radical, la stabilisation de l’Irak, la guerre en Afghanistan, l’importance pour l’armée américaine de maintenir son leadership sur la Chine et la Russie notamment, la possibilité d’un conflit en Iran et en Corée du Nord, etc. ; tout ce ci est donc tenu en haleine par l’agenda ultragauchiste de l’administration Obama. Une récente interview de John McCain (qui n’est pas le moins compétent sur le sujet), relate encore d’autres « bizarreries » dans cette loi de financement, comme un investissement de 250millions de dollars dans l’état de l’Illinois… On peut y voir l’influence de l’actuel locataire de la Maison Blanche !

Je rejette bien-sûr toutes ces mesures, mais je veux me concentrer ici sur le fameux « Don’t ask, don’t tell ». Difficile pourtant de parler de ce sujet, tant la loi française sur les supposées ou réelles discriminations est stricte, pour ne pas dire obscurantiste… Cet usage, qui faisait jusque là consensus dans les forces armées américaines, imposent aux militaires homosexuels de garder une certaine discrétion sur leur état. Courant après le vote « Gay » pour les futures élections de novembre, les Démocrates américains veulent obtenir la fin de cette discrétion imposée. Difficile de voir autre chose que de la basse politique dans cette mesure infondée et précipitée; alors que l’armée américaine est tiraillée sur différents théâtres d’opérations dans le monde.

Sur le principe en lui-même, il faut tout de même rappeler que si cette mesure démocrate est approuvée, il y aura sans aucun doute des conséquences pour les troupes, notamment pour celles qui sont au front.

Si je dois parler de mon expérience personnelle; comme beaucoup, j’ai eu moi-même à pratiquer des sports collectifs. Souvent on s’est retrouvés dans les vestiaires, à l'aise pour commenter le match,et blaguant entre hommes. Quelle aurait été notre réaction si l’un d’entre nous était ouvertement gay, et faisaint donc de chacun de nous un objet de tentation pour lui ? Je pense que pour beaucoup il y aurait eu une réaction violente contre « l’intrus »… Mais il ne faut pas approuver ce genre de réaction. Par contre, il y aurait certainement eu la même gêne que peut ressentir une femme obligée par exemple de partager les mêmes douches que ses collègues masculins. Tout ceci me fait dire que c’est une très mauvaise mesure qui compliquera la vie des militaires au front ainsi que l’image de l’armée américaine.

Je ne conçois pas l’armée comme un réceptacle de toutes les revendications de la société. Bientôt, il faudra accepter les pacifistes dans l’armée… J’aime cette phrase de Gene HACKMAN : « Les militaires ont comme devoir de préserver la démocratie et non pas de l’exercer ».

Mais on aura compris que le bien-être et la mission des militaires ne sont pas les priorités de l’Amérique d’Obama… Demandons-lui juste un peu de pudeur sur certains sujets !

 

Publié dans POLITIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article