TIGER WOODS, UNE AFFAIRE AMERICAINE

Publié le par NEOAFRICAIN

tiger-woods.Press-Conference.jpg

J’ai délibérément choisi de ne pas suivre la conférence de presse donnée ce vendredi par TIGER WOODS. Il était évident qu’il souhaitait s’expliquer et s’excuser pour ses relations extra-maritales. Et franchement, je ne voulais pas y prendre part. Son image, le lendemain dans les médias, m’a donné raison.

A contraire de  BILL CLINTON qui a dû s’expliquer sur ses mensonges éhontées, vouées à masquer ses relations intimes avec Monica Lewinsky, TIGER WOODS n’est pas un élu. C’est donc bien un particulier qui se justifie publiquement pour des actes posés dans le cadre de sa vie privée.

Je retiens deux choses principales de ce cas qui est emblématique des USA.

D’abord la positive.

Les USA peuvent être fiers de leur système qui responsabilise les individus. Là-bas, on apprend à être responsable devant sa famille, son quartier, sa communauté, son entreprise, son pays,  etc. De cet angle, TIGER WOODS se devait de communiquer, notamment pour ses fans et ses sponsors. Trop souvent dans nos pays, une star de football, un comédien ou un chef d’entreprise, ne réalisent pas que leur activité et leur position leur donne des avantages, mais aussi des devoirs envers la communauté. Par exemple, je reste marqué par l’attitude de certains Rappeurs français millionnaires qui continuent à se plaindre du manque d’engagement de l’Etat pour leurs quartiers ; alors qu’eux-mêmes ont soit quitté ces lieux qui les ont vu grandir pour vivre comme ceux qu’ils ont toujours critiqué ; ou y vivent encore, mais ne s’y investissent pas. Ils ne sentent pas responsables.

TIGER WOODS fait partie d’un système dans lequel il sait que son attitude a des répercussions sur la vie de nombreuses personnes. Par exemple ses jeunes fans risquent d’imiter son comportement. Mais il y aussi des conséquences financières qu’il ne faut pas négliger. Un signe fort : la chute des audiences de retransmissions des tournois de golf depuis qu’il a annoncé son retrait.

Mais là où cette logique devient dangereuse et perverse, c’est quand un homme est obligé d’expliquer à la terre entière ce qu’il ne devrait dire qu’à son épouse et peut-être à d’autres membres de sa famille qui seraient concernés.

Je ne veux pas me prononcer sur son infidélité. Il n’est pas prêtre ou pasteur, et il n’a pas fait le serment au monde qu’il ne tromperait pas sa femme. C’est au sens strict une affaire qui les concerne. Par ailleurs, qui ne sait pas que dans ce monde quand on est jeune et qu’on a le talent, la richesse et la célébrité qu’il a ; on a beaucoup de succès auprès des plus belles femmes ?

Ma réflexion sur ce sujet sera plus générale. Comment faire en sorte que les hommes et les femmes qui veulent vivre sainement puissent rester dans le droit chemin ; alors que tout concourt à la débauche, à l’argent et au sexe faciles ? D’aucuns diront que sans des valeurs et des principes forts, nul ne peut remporter ce défi. J’abonde dans leur sens.

TIGER WOODS n’est pour autant pas une victime du système ; il en a tellement bénéficié qu’on ne peut pas le dire. Mais clairement, cette histoire rappelle qu’il y a toujours un revers à la médaille. Même la plus belle !

Publié dans FAITS DIVERS

Commenter cet article