SUJET DELICAT : IMMIGRATION ET CRIMINALITE …

Publié le par NEOAFRICAIN

menottes_15369_w300.jpg

Il y a environ un mois, dans ces mêmes colonnes, je relevais certaines informations graves venues de la capitale de l’Europe, Bruxelles. Il s’agissait de la criminalité galopante qui y sévit et qui semble de plus en plus hors de contrôle.

Un nouveau crime crapuleux d’une extrême violence a encore mis le petit royaume de Belgique en émoi (vous me direz que dans certains quartiers en France, ce n’est pas mieux).

La semaine dernière deux individus d’une vingtaine d’années, d’origine marocaine, ont braqué une bijouterie et en tentant de s’enfuir ont froidement abattu une mère de famille. Elle laisse 3 enfants et un mari inconsolables et toute une ville qui s’inquiète de cette violence des jeunes qui ne semble plus avoir de limite.  Au-delà de ce qu’on appelle maladroitement dans les médias un « fait divers » ; il s’agit d’une tragique illustration des dégâts que des jeunes mal intégrés peuvent faire dans une grande ville d’Europe.

J’ai catalogué ce post « Sujet délicat » parce que je sais qu’avec un ou deux mots déplacés sr ce sujet, n’importe qui peut se faire lyncher médiatiquement. C’est ainsi qu’Eric ZEMMOUR est entrain de l’expérimenter ; lui qui a osé dire à la TV : « Je ne dis pas que tous les Noirs et les Arabes sont des délinquants. Je dis juste qu'ils sont contrôlés plus souvent [par la police] parce qu'il y a plus de délinquance parmi eux ». Je pense que proportionnellement, il doit avoir raison. Mes amis qui habitent à Bruxelles pourraient en attester. Les officiels marocains estiment qu’il y a plus de 250.000 Marocains à Bruxelles (sur une population totale de + ou – 1.000.000habitants !). On peut aussi dire que de nombreux actes de violence à la personne sont perpétrés par des ressortissants de cette communauté très représentés en prison. Tous les fondamentaux de la criminologie reprennent que bien-sûr le taux de criminalité est souvent plus élevé au sein des communautés immigrées que dans les communautés « d’indigènes ». Ceux qui connaissent la dureté de l’exil, le déracinement culturel, les dispersions familiales, etc. ;  et qui sont confrontés au racisme (réel ou ressenti comme tel) et aux mirages de la société de consommation européennes, sont bien souvent ceux qui commettent le plus de crimes.

Ce que les tenants du « politiquement correct » doivent savoir, c’est que ce n’est pas le « Blanc raciste » qu’ils imaginent qui s’offusquent le plus de cette situation ; de plus en plus ce sont d’autres immigrés qui ne supportent plus cette situation et qui le font savoir.

Eradiquer cette vague de criminalité ne sera pas aisée ; mais il est évident que tant que le constat objectif d’un plus grand taux de criminalité au sein de communautés immigrées continuera à faire l’objet de stigmatisations et que les politiques de lutte contre la grande criminalité seront toujours aussi laxistes, les résultats seront encore les mêmes.

Les gauchistes et autres moralistes (qui parfois sincèrement) défendent les immigrés en taisant ou en excusant leurs crimes, rendent le plus mauvais service aux honnêtes gens, à la société et surtout aux immigrés eux-mêmes !


Publié dans FAITS DIVERS

Commenter cet article