STATE OF THE UNION -1

Publié le par NEOAFRICAIN

we-the-people.jpg
Je reconnais m’être endormi devant la retransmission de ce discours tant important dans la vie politique des USA. Mais, j’ai l’excuse qu’ici en Europe, il était plus de 3 heures du matin quand il a débuté !

 

Cette anecdote personnelle n’est pas tout à fait innocente.

 

Il y a une année à peine, tout discours majeur d’Obama suscitait de l’effervescence et de l’enthousiasme parmi ses admirateurs, et de l’appréhension parmi ses détracteurs.

Aujourd’hui, la presse européenne reconnait dans son ensemble qu’OBAMA a perdu de sa magie. Ceux qui pensaient qu’il allait révolutionner la politique, constate qu’il n’est qu’un politicien comme les autres, essayant de changer de discours pour s’adapter à l’opinion publique, utilisant des formules oratoires pour faire diversion, manipulant les chiffres, etc. Une des choses les plus choquantes pour moi, c’est le moment où il s’en est pris directement aux membres de la Cour suprême. Loin de la séparation des pouvoirs, chère à tous les pays démocratiques, il a eu une attitude discourtoise et agressive. En France, ça aurait pu créer une crise majeure.

 

Mais ce qui est important ce n’est pas trop ce que je pense d’Obama, ma position est connue, et vu les piètres résultats de sa politique, elle n’est pas prête de changer. Ce qui compte, c’est notamment l’opinion de ceux qui l’ont soutenu. Je constate que les Démocrates commencent à s’agiter face aux échéances électorales qui s‘approchent et qui s’annonce difficiles pour eux. La main tendue d’Obama aux Républicains (même si elle est de façade) complique le discours des Démocrates qui depuis un an rêvait de gérer tout seuls les USA. Ils savent désormais qu’ils doivent compter sur les Conservateurs. Ce qui rendra inéfficace un de leurs arguments favoris : la critique systématique des années W. BUSH

Quand aux Indépendants, dégoûtés par les déficits galopants, ils ne supportent plus le manque de résultats de la politique d’Obama.

Un sondage intéressant démontre que même l’évocation répétée du mot « HOPE » par Obama dans ses discours, les insupporte à un plus haut point. Et ils ont dû être déçus par les vagues annonces, les nombreuses platitudes et l’omniprésence de son égo.

 

Enfin, ici en Europe, ce discours a fait peu de bruit et a généralement déçu. Les mêmes qui il y a un an avaient déboursé des milliers d’euros pour être présents à Washington pour leur Obama-Day, se font discrets à présent quand on parle d’Obama.

En résumé ; dans son discours, OBAMA n’a pas été assez convaincant pour plaire aux Républicains, n’a pas été assez clair dans ses intentions pour plaire aux Modérés, et a été trop ouvert aux autres idées des autres pour satisfaire ses amis Démocrates.

 

N’enterrons pas Obama, car il peut hélas encore rebondir. Mais force est de constater que ce discours de l’union qui marquait la première réaction d’Obama face aux défaites électorales successives, a démontré ses limites.

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article