SAGE STALLONE MORT: ROCKY KO! DEGATS DE LA DROGUE

Publié le par NEOAFRICAIN

Nouveau décès dans le milieu du showbiz causé par la drogue. La mort du fils de Sylvester Stallone est touchante, parce que son père est un des acteurs préférés du grand public, et que dans plusieurs de ses films, il a joué aux cotés de son fils. Mais au-delà de cette émotion légitime (et je fais moi-même partie de ceux qui ont une tendresse particulière pour "SLY"), on doit retenir que des drames de cette nature sont fréquents.

 

Je ne veux pas jouer au Moralisateur, mais quel est le pourcentage de jeunes qui se droguent? Et à partir de quel âge? Le cannabis est pratiquement promu par tous les artistes, dans tous les films et dans la plupart des chansons "branchées" ; les pilules comme l'ecstasy et autres circulent dans toutes les boites de nuit ; la cocaïne et autres drogues dures sont à la mode dans les milieux aisés et parmi les professions qui sont le plus soumises aux pressions...

 

Et comble de tout cela, nombre de gouvernements décident de légaliser les drogues sous prétexte que la lutte ne donne pas de résultats suffisants et  vu que beaucoup en consomment autant lever les tabous... C’est un contre-sens dangereux. Bien-sur, on ne parle pour l’instant que de légaliser celles dites "douces", mais ensuite qui sait??

 

Je n'ai aucune fierté a dire que je n'ai jamais touché à la moindre drogue (pour autant que l'alcool soit exclu de cette liste), car je pense que c'est parce que quand j'étais jeune, influençable et naïf, le drogué ne faisant pas partie de mes modèles, fut-il riche et célèbre. La drogue reste pour moi liée à l'image du sale dealer qui vend sa marchandise à l’entrée des écoles, à ces mafieux qui exploitent les paysans dans les pays pauvres et qui déstabilisent tous ces pays qui ne peuvent lutter contre ces réseaux, à ces caïds qui roulent dans des grosses voitures, qui ont les meilleurs places partout où ils vont, qui menacent les honnêtes gens, qui méprisent tout forme d’autorité et qui n’hésitent pas à se lancer dans des règlements de comptes qui font tant de victimes collatérales... On ne peut compter tous les drames causés par la consommation de stupéfiants (morts sur la route, échecs scolaires et professionnels, drames familiaux,..). Mais hélas, les bien-pensants qui nous dirigent d’aujourd’hui (peut-être eux-mêmes sous l’emprise ?) envisagent de plus en plus des mesures de tolérance face à ce fléau… Combien de morts faudra-t-il pour qu’il y ait finalement une prise de conscience !

 

Publié dans FAITS DIVERS

Commenter cet article