REGIONALES : PROBABLE DEBACLE…

Publié le par NEOAFRICAIN

FRANCE-2004.png

Les élections régionales qui approchent sont des véritables « midterm elections » que les USA, par exemple, connaissent.

Traditionnellement défavorables au pouvoir en place, il semble qu’elles seront mauvaises pour l’UMP et donc pour Sarkozy.  L’année dernière, les résultats positifs obtenus par le parti présidentiel pouvaient présager un autre sort.

Dans tous les sondages, l’UMP arrive en tête au premier tour, mais avec une faible avance sur le PS. Hélas, la majorité n’a aucune réserve en voix, alors que les opposants (écolos, centristes, socialistes et extrême gauche) font la majorité et remporteront certainement le 2° tour haut la main.

Plusieurs raisons peuvent être évoquées, mais c’est la crise économique qui est la plus sérieuse. Les catégories populaires qui avaient répondu à l’appel passionné et volontariste de Sarko en 2007, font la gueule et gonfleront certainement le nombre des abstentionnistes.

Bien-sûr, les élections régionales de 2004 avaient tellement favorisé la Gauche qui avait remporté 24 régions sur 26, que la majorité ne peut pas perdre plus. On peut s’attendre donc à ce qu’elle ravisse quelques régions, mais tout prédit une défaite.

Les conséquences politiques sont prévisibles ; remaniement ministériel, opposition remotivée, partis de la majorité atteints par le doute et la crainte de l’échec en 2012… Ca promet une deuxième partie de quinquennat très difficile pour Sarko. Il devra retrouver toute la fougue qui l’a conduit à sa belle victoire présidentielle.

Cette défaite annoncée aux régionales, comme celle relative aux municipales de 2008, ne veulent pas dire que le France est à Gauche ; mais que pour les problèmes du quotidien, ils leur font davantage confiance.  Par contre, quand il s’agit d’élire le Président de la République, les sujets de trafic routiers, d’aménagement d’écoles et autres fêtes folkloriques, sont souvent relégués au second plan au profit des enjeux qui relèvent des pouvoirs régaliens.

Mais fondamentalement, tout se jouera autour de la gestion de la crise économique.  «It’s the economy, stupid ! »… Rien de nouveau sous le soleil !

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article