OBAMA OU LE TRIOMPHE DES VALEURS NEGATIVES

Publié le par NEOAFRICAIN

 

 

Inutile d’ergoter longtemps, le résultat de l’élection présidentielle américaine est un désastre. Désastre que nous aurons à supporter pendant longtemps et dont les effets seront durables. J’en arrive à espérer qu’un évènement extraordinaire (un scandale, une enquête approfondie sur Obama ou autre..) puisse nous libérer de ce Président.

Mais il est aussi temps de donner quelques unes de mes analyses.

D’abord, je continue à penser que le Candidat Mitt ROMNEY a fait du bon boulot. Il a réussi à améliorer son image malgré la campagne négative contre lui et compte tenu de son expérience professionnelle, il restait le meilleur choix pour des élections qui portaient principalement sur les questions économiques et financières. Il a remporté plus d’Etats que John McCain en 2008 et donc pour moi, la polémique qui grandit au sein des Républicains est totalement déplacée. Mitt ROMNEY n’était pas le plus conservateur des candidats, mais je ne vois pas lequel de ceux qui étaient en lice aurait pu faire mieux.

Pour une raison simple, et c’est mon deuxième et plus important point :

Ces élections ne se sont jouées que dans les « Swing States ». Obama est tellement détesté dans les Etats les plus Conservateurs, et les Démocrates tiennent tellement bien les autres Etats, que seuls ces Etats, plus mixtes idéologiquement et démographiquement, comptent réellement dans la course aux Grands Electeurs. Ca limite le champ de bataille, mais ça le complique aussi parce que la conclusion est amère. Alors que le Président sortant a perdu de nombreuses plumes depuis son élection triomphale en 2008 (dix millions d’électeurs en moins notamment), le parti démocrate tient d’une main de fer ces millions d’électeurs, urbains, plutôt assistés socialement et souvent acculturés. Ces électeurs donneront quasi toujours une majorité aux partis de Gauche. Et je regrette de ne pas les avoir débusqués plus tôt. Ce sont les mêmes qui en Europe par exemple vivent dans des grandes agglomérations urbaines, qui votent de façon pavlovienne pour la Gauche malgré le fait que leur niveau de vie ne fait que baisser.

Bien-sûr, ces personnes ont le droit de faire les choix qu’ils font, mais ils avalisent, consciemment ou non, ce que j’ai appelé en titre des « valeurs négatives ». Pour eux, toutes les belles notions que sont le courage ou le sacrifice, l’exceptionnalisme de la nation, la maitrise de la dette, la défense de la patrie, la libre entreprise, la promotion de la liberté dans le monde, Tout ceci est secondaire pour eux. Ce sont les 47% que Romney a maladroitement pointé, qui sont en fait 60 ou 70% dans ces endroits. Ils ne trouvent aucun problème à dépendre totalement de l’Etat, ils encouragent même leurs enfants ou leurs connaissances à en faire autant (soins de santé gratuits, téléphones portables offerts par le gouvernement, bons alimentaires, logements sociaux, chômage accompagnés de travail au noir,..) ils n’ont aucun complexe à mener cette vie, se disant qu’après tout, si eux ne le font pas, leurs voisins le feront… Aucun sens des responsabilités, aucune perspective historique. A part avec des mesures exceptionnelles comme la limitation du droit de vote, tous les Conservateurs qui se présenteront se butteront à ce bloc d’électeurs. Et ce n’est pas en invoquant des arguments religieux ou éthiques qu’ils changeront d’avis. Ils sont de moins en moins réceptifs. Au contraire même, le mariage gay, la légalisation des drogues, les pires lois sur l’avortement ; rien de tout cela ne les impressionne, pourvu qu’ils aient leurs avantages sociaux.

Tant que les médias ne feront pas leur métier avec objectivité, en dénonçant cette situation ; et tant que le parti démocrate usera immoralement de ces basses méthodes politiciennes. Le jeu sera toujours déséquilibré.

 

 

Publié dans US ELECTIONS

Partager cet article

Commenter cet article