LES CONSERVATEURS AU POUVOIR !

Publié le par NEOAFRICAIN

CAMERON-AWARDS-THATCHER.jpg

En effet, c’est le beau titre qu’il faut retenir ce matin après la longue journée d’intenses tractations politiques au Royaume-Uni. David CAMERON est finalement arrivé au 10, Downing Street.

Jusqu’au bout Gordon BROWN, qui finalement n’aura jamais gagné d’élections, aura tenté de s’accrocher au pouvoir. Pressentant ensuite l'heure de son inéluctable éviction, il tenta alors de tout faire pour que le LABOUR, grand perdant des dernières élections, se maintienne. Après 13 ans d’une gouvernance travailliste sans partage, quelle fin pathétique pour un parti qui était arrivé au pouvoir pour changer les « vielles » pratiques politiques anglaises et qui termine son trop long règne en sacrifiant sa réputation et en risquant l’instabilité politique de son pays sur l’autel de  son ambition.

Je ne ferai pas comme les nouveaux maîtres de Londres qui lors de leur « oraison funèbre » en mémoire du désormais ex-Premier Ministre Gordon BROWN, louèrent les qualités de celui-ci ; je comprends que pour beaucoup il était un Ministre des Finances respecté, mais quand on voit l’état de la dette publique britannique, on peut se poser des questions. Mais je veux répéter ici que tout ne fut pas mauvais en 13ans de pourvoir du New Labour. Surtout sous Tony BLAIR qui s’est comporté de façon exemplaire en politique étrangère, notamment durant la guerre entre l’OTAN et la Yougoslavie de MILOSEVIC, sous bill CLINTON ; et aussi pour son soutien indéfectible à l’Amérique de George BUSH  dans la guerre contre l’islamisme.

Je peux comprendre certaines objections de mes amis conservateurs face aux inévitables concessions que les Conservateurs feront envers leurs alliés Libéraux-Démocrates. Mais soyons pragmatiques : il eut été inconscient pour les Conservateurs de ne pas prendre leurs responsabilités après des années à la tête des sondages, après des élections durant lesquelles ils ont fait plus de gains en sièges que la grande Thatcher elle-même, après une cure de plus de 13ans d’austérité dans l’opposition; et surtout, à l’heure où le pays traverse une crise budgétaire sans précédent et a d’urgence besoin de stabilité politique. Sur le plan purement politique, les Conservateurs obtiennent les ministères régaliens les plus importants (finances, justice, intérieur, défense, affaires étrangères) et l’engagement des libéraux-Démocrates de réduire sensiblement le déficit des comptes publics surtout en réduisant les dépenses publiques est une chose précieuse qu’il faut apprécier, car rares sont les partis de gauche ou de centre gauche qui le prônent.

Je ne crois pas à la tactique qui consisterait à rester dans l’opposition tant que les circonstances ou les programmes ne sont pas 100% favorables, car « vae victis » ! Rester dans l’opposition, c’eut été pour certains Conservateurs l’occasion de contester le leadership de CAMERON, de recommencer les débats sans fin sur la meilleure ligne politique des Conservateurs face à l’Union Européenne, face à la crise financière, face à l’immigration, à l’insécurité, à l’injustice sociale, etc. Je prédis aux Travaillistes une longue traversée du désert à partir de maintenant. Les déchirures entre les anciens qui n’ont jamais supporté la vision réformatrice de Tony Blair et ceux qui dirigent actuellement le parti sera dévastatrice, tout comme la lutte pour la présidence du parti qui n’est pas acquise à David MILIBAND.

Par ailleurs, il est toujours hasardeux de miser sur la ruine du pays et sur l’échec de ses adversaires pour revenir au pouvoir. Il y a des dégâts que peut commettre un gouvernement qui prendront du temps à réparer (Qui peut dire que ce sera aisé de révoquer les lois Obama par exemple?), et par ailleurs un gouvernement avisé peut user de nombreux atours pour retourner l’opinion politique à la veille des élections.  

Je terminerai ce post en félicitant le jeune David CAMERON qui couronne là un parcours politique aussi fulgurant que sans faute. Son côté « conservateur compatissant » a de quoi séduire ; il semble parfaitement allier principes, traditions, modernité et humanisme ; c’est un peu ma vision du Néoconservatisme. Les Conservateurs sont toujours gagnants quand ils savent offrir une belle perspective d’avenir, basée sur des principes clairs et forts. Le Nouveau Premier Ministre britannique a brillamment réussi la partie théorique de sa carrière politique. Il lui faut maintenant affronter la difficile (très difficile !) période de l’action.   

Souhaitons-lui : GOOD LUCK !

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article