Le Vrai Sarkozysme!

Publié le par NEOAFRICAIN

Au lendemain du vote définitif de la loi sur la réforme du système de retraites, il est agréable de constater que l’opposition socialo-anarcho-communiste- a pris un grand coup sur la tête. Les manifestations baissent en nombre et en intensité et c’est heureux. Sarkozy retrouve dans cet épisode la raison essentielle pour laquelle il a été élu en 2007. Pour régler les problèmes de la France qui remontent parfois à trente ans. Et ce malgré les mauvais sondages, et malgré toutes les sortes de manifestations. Rappelons-nous que le gouvernement socialiste de Jospin qui avait pourtant bénéficié d’une conjoncture économique favorable n’a pas su faire ces réformes ; tout comme Chirac qui retirait ses projets de réformes à la moindre manifestation, donnant ainsi une importance excessive au pouvoir de la rue.

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est aussi la retenue dont ont fait preuve les députés de la majorité qui ont remporté une bataille politique et morale décisive sur leurs opposants, mais qui ont su se garder de tout triomphalisme qui eut été contreproductif.

Le risque maintenant, c’est le tournant social que Sarkozy semble vouloir donner à la fin de son mandat présidentiel. La majorité des analystes prédisent que Jean-Louis Borloo sera nommé Premier Ministre. L’homme a des qualités indéniables et il représente cette sensibilité centriste « humaniste » qui est importante et qui doit avoir toute sa place dans cette majorité. Il aura l’avantage d’anesthésier une grande partie des arguments des plus farouches adversaires de Sarkozy. Mais avec lui, on peut déjà entrevoir que chaque décision devra faire l’objet de consensus, que chaque geste politique taxé de « polémique » sera proscrit ; et que tout ce que la France compte de corporations et de territoires sera sans cesse pris en compte. Ca permettra peut-être de remonter dans les sondages, mais ce sera une vision terne de l’action politique, car gouverner, c’est décider ! Et décider, c’est toujours faire des mécontents. L’autre risque, c’est un retour trop important à toutes ces théories sur l’environnement. La « dictature écolo » risque de faire un retour fracassant dans cet hypothétique futur gouvernement. Ce qui décevrait une grande partie de l’électorat du Président.

Sarkozy devrait retenir de sa victoire sur la réforme des retraites qu’à chercher à vaincre sans péril, on triomphe toujours sans gloire. Si le Sarkozysme de la fin de mandat ressemble au Chiraquisme finissant, c’est une défaite assurée en 2012, parce que son électorat ne sera pas mobilisé et l’extrême droite reprendra des couleurs ; au moment où en face, on sent les Gauchistes très remontés !

Le Sarkozy victorieux c’est celui qui sait s’entourer d’anciens Socialistes convertis et de Centristes raisonnables ; mais c’est surtout celui qui sait dire qu’il faut nettoyer la racaille au Karcher, celui qui s’impose comme durant la crise géorgienne de 2008, qui sait faire bouger la technocratie de l’Union Européenne, qui sait poursuivre une guerre salutaire en Afghanistan même contre l’opinion publique, et qui donc sait imposer l’allongement de l’âge de la retraites.

La pire des choses pour un champion, c’est de changer de stratégie et de prétendre changer de nature en plein milieu d’un match. Le vrai Sarkozysme c’est le courage et l’action !

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article