Le SARKOSYSME en danger…

Publié le par NEOAFRICAIN

 

Je suis de ceux qui apprécient les idées fortes de ce qu’on peut appeler le Sarkozysme.

Cependant, ces derniers temps, sur deux points essentiels, le Président Sarkozy met en danger tout ce qu’il a construit. Attention de ne pas avoir à le regretter aux prochaines échéances électorales.

 

A l’instar du Bonapartisme, dans ce système politique, la MERITOCRATIE et la COHERENCE de l’action sont de véritables piliers.

Nicolas SARKOZY est bien placé pour dire que la méritocratie est une bien belle valeur.

Issu d’une famille d’origine étrangère, n’ayant pas fait de grandes écoles parisiennes, ne s’exprimant pas et ne vivant pas comme les élites qui dirigent la Droite française ; Il doit tout son succès à son seul talent et sa volonté exceptionnelle.

Pour ce qui est de la Cohérence, il a su comprendre très tôt qu’au-delà des frontières idéologiques, les personnes aiment voir dans un chef un caractère fort, une vision claire et de la cohérence dans son action. Dès son accession à la Présidence, il avait prévenu qu’il n’était plus le chef d’un parti, mais qu’il chercherait des talents partout où il en trouverait. A la condition que ceux-ci partagent son obligation de résultats.

 

Ces deux belles notions sont mises à mal par le favoritisme dont il fait preuve pour son fils Jean et par l’incohérence de plus en plus visible de son gouvernement. Rien n’est encore irréversible, mais il faut en avoir conscience.

 

La carrière politique du jeune Jean Sarkozy est trop fulgurante. Dans le fief électoral de son père, il devient à 21ans conseiller général puis président du groupe UMP au conseil général. A 23 ans aujourd’hui et après 2 années d’études de Droit, il va devenir patron de l’EPAD qui dirige le plus grand centre d’affaires d’Europe (situé à l’ouest de Paris). A noter que son père, l’actuel Président, le dirigeait il y a quelques années.

Tout ceci peut faire plaisir aux flatteurs du clan Sarkozy, mais reste totalement injustifiable aux yeux de l’opinion. Le jeune Jean a du talent politique, il a toutes les chances d’aller très loin dans l’avenir. Mais on risque de lui brûler les ailes avant même qu’il n’ait tout à fait pris son envol.

 

Quant à l’incohérence politique : elle se voit dans le nombre de fois où le Président et ses conseillers doivent trancher les conflits entre le Premier Ministre, les Ministres et les hauts cadres nommés par le gouvernement. Elle se voit aussi dans les propos parfois très contradictoires entre les députés, les Ministres et la Présidence. En gros, les députés ont été élus par un électorat bien au centre-droit. Les Ministres sont majoritairement à droite, mais de nombreux Ministres d’ouverture venus du Centre et de la Gauche sont en décalage par rapport à la majorité parlementaire. Enfin, la Présidence est composée de conseillers très attachés à la personne de Sarkozy, souvent très compétents, mais ayant surtout comme agenda la survie politique de leur chef. Le Président lui-même est entouré d’artistes et de grands patrons qui ne sont pas représentatifs de l’électorat qui a voté pour lui.

 

Cet ensemble disparate peut parfois plaire quand il s’agit de montrer que la France dans sa diversité s’unit autour d’un but. Mais en pleine période de crise, alors que les résultats économiques sont mauvais, que le chômage est en hausse, que les problèmes sociaux s’accumulent et que la criminalité progresse, cette polyphonie n’est plus que de la cacophonie.

 

Et c’est un deuxième risque majeur pour le Sarkozysme…

Publié dans ACTUALITE BRULANTE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article