LA DAME DE FER, LA BARONNE MARGARET THATCHER EST MAINTENANT PLEINEMENT ETERNELLE!

Publié le par NEOAFRICAIN

GOD-BLESS-YOU-and-REST-IN-PEACE_-BARONESS-THATCHER-8-avril-.jpg

 

J’ai déjà beaucoup réagi sur Twitter au décès de cette grande dame, mais il m’était impossible de ne pas le faire également ici.

Elle le mérite amplement

Cette Femme d’Etat qui a presque parfaitement incarné les valeurs qui m’animent encore aujourd’hui. Et pourtant, je ne me targue pas de tout connaître sur elle.

La Dame de Fer est certainement le surnom qui lui convient le mieux. Une vraie dame, élégante et maniérée ; mais aussi un véritable caractère de fer, ne pliant devant personne.

A tous ceux qui autour de moi me qualifie (injustement ?) de « macho-misogyne », je rétorque toujours qu’ils se trompent. Madame Thatcher reste un modèle d’homme ou de femme d’Etat. Et les valeurs qu’elle a si bien portées sont celles qui m’ont toujours passionné.

Son ardent engagement en faveur de la Liberté dans le contexte impitoyable de la guerre froide  a permis de mettre à bas le communisme.

Son excellente promotion de l’économie de marché a fait sortir la Grande-Bretagne du désespoir économique dans lequel l’avait enfoncée les Gauchistes et a permis à son pays de rayonner à nouveau.

Son intransigeant patriotisme l’a conduite à défendre son pays envers et contre tout, avec comme brillant exemple la triomphale guerre des Malouines. « Dans la guerre, on ^peut se montrer magnanime une fois la victoire acquise, mais pas avant ».

La dignité qu’elle accordait à l’individu et à sa famille face à une trop grande présence de l’Etat dans sa vie. « Rompre la dépendance vis-à-vis de l’Etat et encourager l’autonomie », « l’éclatement de la structure familiale forme le point de départ d’un ensemble de problèmes sociaux (...) tout ce que peut faire une politique familiale, c’est de présenter un cadre dans lequel les parents sont encouragés à rester soudés et à élever au mieux leurs enfants »

Son tempérament réformateur lui a permis d’affronter la véritable caste des syndicats et à les faire plier sans jamais céder face à leurs manifestations et à leurs provocations. Elle savait tenir sa ligne politique, que celle-ci soit populaire ou non.

Son courage face aux attentats et aux menaces proférées par les terroristes de l’I.R.A, illustre mieux que tout de quelle race cette femme d’exception était issue. Rescapée de l’attentat de Brighton en 1984 qui la visait, elle pria la nuit avec son assistante ; et le matin déclara d’une voix ferme « le fait que nous soyons tous ici réunis, choqués mais calmes er déterminés, signifie non seulement que cet attentat a échoué, mais aussi que toute tentative de détruire la démocratie par le terrorisme échouera »

Madame Margaret THATCHER était bien de la race des Seigneurs. Elle repose désormais dans mon Panthéon politique personnel avec le Grand Général De Gaulle, le brave Winston Churchill et le brillant Ronald REAGAN. Ils font tous partie de notre passé collectif, mais leur évocation est cruelle, car elle nous rappelle la médiocrité de l’immense majorité de nos Gouvernants actuels qui n’osent pas franchement traiter les menaces, qui nous conduisent dans des politiques économiques suicidaires et qui réfutent toute idée de grandeur et d’exceptionnalisme de leur pays.

J’ai refusé de visionner le film de sa vie tourné par Meryl STREEP. Non pas que je contestais la très talentueuse actrice, qui est certainement une des meilleures de sa générations, mais surtout parce que je sais ce qu’Hollywood pense des hommes et femmes qui ne partage pas sa ligne politique.

De même, dans l’actuel concert des nations, je ne vois pas qui, à la Maison Blanche, à l’Elysée ou au Kremlin pourrait légitimement dire quelque chose de sensé sur la Dame de Fer. Seul l’actuel Premier Ministre britannique David Cameron peut valablement rappeler l’extraordinaire qualité de l’illustrée disparue qui a « sauvé la Grande-Bretagne »

Comme seule conclusion à cet hommage, je recommande ses mémoires qui comme sa carrière politique s’articule autour de cette vision

« Accorder sa confiance à la liberté et au libre-échange, à la limitation de l’intervention gouvernementale et à une défense nationale forte ».

Lady Thatcher : R.I.P. !

Ps : photo prise dans ma bibliothèque personnelle

Commenter cet article