L’INSECURITE DANS LES GRANDES VILLES

Publié le par NEOAFRICAIN

police-belge.jpg
Comme toutes les grandes agglomérations urbaines, la ville de Bruxelles est confrontée à une montée ininterrompue de l’insécurité. Connue pour des graves de pédophilie, ce sont maintenant les car-jackings, sac-jacking, tiger-jacking, et autres attaques à main-armées qui sont le lot des Bruxellois. Bientôt la petite ville au Nord de la France, que beaucoup de Parisiens surnommant « la banlieue de Paris » méritera vraiment son nom…

Le problème avec Bruxelles, c’est qu’elle n’est pas seulement la capitale du Royaume de Belgique, elle est aussi le siège de nombreuses institutions européennes et de l’OTAN. Donc pour l’Europe, pour les pays de l’Alliance Atlantique et pour la Belgique, tous ces crimes et ces délits donnent une mauvaise image… Imaginez qu’il y a quelques mois une eurodéputée allemande a été agressée à deux pas des bureaux de la Commission européenne et un braquage a eu lieu dans l'enceinte même de la Commission

Il y a quelques jours encore, une autre violente attaque en plein jour a défrayé la chronique.

3 jeunes d’origine maghrébine, d’une vingtaine d’années, ont tenté de braquer une agence « Western-Union » en plein jour, le dernier jour des soldes d'hiver. Ne reculant devant rien, ils ont utilisé des AK-47 (kalachnikov) pour mitrailler la police venue en nombre empêcher le braquage.

Ces faits divers ne sont que la face visible d’une violence de plus en plus féroce et devenue courante d’après les chiffres de la délinquance.

Bruxelles n’est peut-être pas au niveau des banlieues chaudes de Paris ou de Marseille, où même les policiers chevronnés ne s’hasardent que contraints ; mais elle en prend malheureusement le chemin. Il est vrai que dans certaines cités autour de Paris, on sent une telle animosité, une telle tension qui n’est pas comparable, sauf peut-être par rapport à certaines villes américaines.

 

Comme dans nombre d’agglomérations, il faut avoir l’honnêteté de constater que l’immigration joue un rôle sur la montée de l’insécurité. Le nier, c’est mentir. Et sur un sujet aussi sensible, le mensonge est quasi aussi grave que les crimes commis ; car il retarde toute tentative efficace de résolution.

En quinze années, la Belgique a connu une grande vague d’immigration venue de l’Est ainsi que l’intensification de l’immigration venue d’Afrique du nord. Et on peut constater que le taux de criminalité a aussi grimpé durant cette période.

La mafia albanaise y est bien installée, mais c’est la communauté marocaine qui est la plus présente. Sans compter les Turcs qui parfois règlent leurs problèmes internes à Bruxelles... Bref, les Russes, les Roumains, les Kosovars et autres Bulgares contrôlent la prostitution, le trafic de drogues, la vente d’armes de guerre, etc. La Belgique est attrayante pour eux : le port d’Anvers qui est un des plus importants du Nord de l’Europe et la Ville de Bruxelles, avec ses institutions et sa position stratégique au cœur de l’Europe sont un cadre de choix.

Des voix s’élèvent pour que la Belgique, dans certains quartiers, adoptent des dispositions similaires au plan « Vigipirate » que l’on connaît en France. Que des militaires patrouillent avec des policiers.

Cette escalade se justifie par le fait que cette nouvelle jeunesse qui n’a pas de repères, ni aucune sorte de reconnaissance vis-à-vis du pays qui les héberge, n’entendra rien d’autre que plus de sévérité.

 

Publié dans FAITS DIVERS

Commenter cet article