L’HYPOCRITE POLITISATION DE L’IMMIGRATION

Publié le par NEOAFRICAIN

Arizona

 

Ce n’est pas la première fois que j’épingle des propos irresponsables tenus par un Chef d’Etat sur l’immigration. Cette fois, c’est la loi qui vient d’être promulguée dans l’état de l’Arizona pour lutter contre l’immigration clandestine qui suscite la polémique dans certains cercles.  

Je l’ai déjà écrit dans ces colonnes, l’immigration massive est d’abord une perte pour les pays pauvres qui voient leurs cerveaux, leurs bras et leurs cœurs s’en aller vers d’autres horizons. Surtout quand on sait le faible taux d’émigrés qui reviennent dans leur pays d’origine après avoir « réussi » leur vie ailleurs. Et pour la très grande majorité qui ne réussit pas sa vie, ils ne retournent quasi jamais sur leur terre natale ; préférant souvent s’accrocher à un système d’aide intéressant pour qui ne veut pas travailler et avoir beaucoup d’enfants. Partant du principe que personne ne quitte son pays sans justification,  la faute est d’abord celle de ces gouvernements qui ne savent pas offrir un cadre juridique et économique dans lequel leurs concitoyens pourraient valablement évoluer.  N’ayant pas su offrir cette fameuse « life, liberty and the pursuit of happiness » qui est dans la constitution américaine, ils ont encore moins le droit de donner des leçons aux pays qui paient le prix de leurs fautes.

Sans même rentrer dans le fond de cette loi ; quelle hypocrisie et quel cynisme de ces Chefs d’Etats qui reprochent vigoureusement aux autres ce qu’eux-mêmes appliquent dans leur pays ! J’apprends que le Mexique lui-même criminalise l’immigration clandestine, comme tout état qui se respecte devrait le faire ! Personne ne peut imaginer raisonnablement gérer un état si on n’est pas capable de décider qui peut y vivre et qui ne peut pas. Et pour appliquer cette loi, on le sait bien, la seule façon c’est qu’il y ait des contrôles et des sanctions. Cette hypocrisie existe bien-sûr aussi en Afrique.  De nombreux chefs d’Etats et de gouvernement du continent noir se sont plaints de ce que Sarkozy a durci les conditions d’accueil des immigrés en France. Mais personne n’a relevé que par exemple l’Angola a complètement fermé sa frontière avec son voisin du Congo-Zaïre, expulsant par milliers des citoyens de ce pays ; que le même Congo-Zaïre a longtemps fait la chasse aux Rwandais (qui parfois vivaient dans ce pays depuis des décennies) en les dépouillant de leurs biens ; que la Côte d’Ivoire a elle parlé « d’ivoirité » pour désigner ceux qui étaient des Ivoiriens de souche, les distinguant des citoyens issus de l’immigration venue du Burkina-Faso voisin, sans parler de la façon par laquelle les Libyens traitent les Africains noirs qui arrivent clandestinement dans son pays… Les exemples sont nombreux.

Mais il y a bien-sûr un intérêt commun sur ce débat entre ces leaders incompétents et cyniques du Sud et les gauchistes dans les pays du Nord.  Les premiers ont trouvé l’astuce pour ne pas parler de leurs défaillances et en plus ils comptent pour leur économie sur l’argent que les immigrés enverront à leur famille restée au pays ; et les seconds font le calcul qu’une fois que les clandestins auront acquis la nationalité, ils voteront à gauche comme toutes les minorités le font.

Et tant pis pour les conséquences !

Le bouquet dans cet épisode, c’est la façon scandaleuse avec laquelle Obama et ses députés démocrates ont laissé le Président CALDERON critiquer cette loi à la Maison Blanche et au Congrès. A force d’applaudir ceux qui humilient leur pays, espérant obtenir leur respect  ils en oublient même ce pourquoi ils ont été élus. Tout ceci est écœurant !

 

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article