EXPRESSIONS CATHOLIQUES EN DANGER!

Publié le par NEOAFRICAIN

 

A moins de deux semaines de la fête de Noël, deux informations ont attiré mon attention, parce que toutes deux allaient dans le sens de ce que je manifeste dans le titre. Bien-sûr, elles sont de degré de gravité et de conséquences différents, mais hélas de même nature.

Allons-y crescendo.

Il s’agit d’abord du refus scandaleux d’un journal gratuit de publier des informations relatives à la genèse de la fête des lumières à Lyon. Et pourtant c’était une information particulièrement pertinente dans ce sens que toutes les personnes qui comme moi ne connaissent pas bien cette belle ville, ont vu à la télé les images de la fête de la Lumière sans en connaître les origines. Origines qui de plus sont particulièrement belles pour un Croyant. Mais la « bien-pensance » a conduit les responsables de ce quotidien a refuser à l’archevêché de publier ces pages d’informations sous prétexte qu’elles y contenaient une prière à la Vierge Marie. A partir du moment où la plupart des fêtes et du folklore européen découlent de la liturgie chrétienne, il faudrait beaucoup de censures pour empêcher tout ce qui doit être dit ! On voit déjà d’ici une interdiction de publier des références à Jésus le jour de Noël pour ne pas heurter d’autres sensibilités… Le relativisme culturel et la bêtise progressent de concert !

Heureusement, la blogosphère catholique a bien réagi (à l’exemple de Joseph de Maistre). Mais dans l’avenir, il faudra imaginer d’autres moyens pour que de tels messages ne dépendent pas de quelques esprits obtus. Grâce à eux, j’ai ou tout de même apprendre que cette fête des lumières qui a été célébrée ce 8 décembre (jour où l’on célèbre l’Immaculée Conception : la Vierge Marie, conçue sans péché), est depuis 1852 célébrée par tous les Lyonnais en l’honneur de la Sainte Vierge.

Dans le monde aussi, de nombreuses voix chrétiennes sont bâillonnées. Le régime totalitaire chinois, qui craint plus que tout de voir la Liberté d’expression progresser au sein de son peuple a toujours vu d’un mauvais œil les tentatives de l’Eglise et d’autres chrétiens d’annoncer la Bonne Nouvelle dans l’Empire du Milieu. On apprend qu’après une sorte de guerre froide de plusieurs années, le gouvernement communiste chinois a décidé de rompre la trêve avec le Vatican et de nommer directement des évêques et des prêtres. Ceci doit rappeler à tous les Chrétiens du monde la vraie nature du régime de Pékin essaie vainement de cacher avec les milliards qu’il déverse notamment en Afrique, mais aussi en Occident en signant des contrats juteux.

Je  m’étais rendu en Chine il y a quelque temps ; on m’avait prévenu qu’il y avait un conflit entre l’Eglise catholique officielle (avec des prêtres nommés par le pouvoir chinois), et l’Eglise dite « souterraine »  reconnue par le Vatican. Je me souviens que ne voulant pas courir le risque d’assister à une messe célébrée par un prêtre qui n’avait pas été institué par le Vatican, je ne m’étais rendu dans aucune église.

Voici donc deux cas où la liberté d’expression est bafouée. Dans un Etat de droit, avec des méthodes légales, et sous un régime totalitaire qui ne reconnaît quasi pas de liberté religieuse. La libre parole chrétienne ferait donc si peur ?

 

Publié dans RELIGION

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article