ELOGE DE L’UNILATERALISME

Publié le par NEOAFRICAIN

 

 

La chute annoncée des dictatures dans le monde arabe suscite beaucoup de commentaires dans la presse des pays libres ; ils sont souvent justifiés, mais parfois excessifs. C’est comme-ci à l’instar de ceux qui ont vraiment vécu sous le joug de ces régimes, ces journalistes avaient retrouvé leur parole pour dire tout le mal qu’ils pensaient de ces Chefs d’Etat. Qui aurait pu imaginer il y a encore peu que l’on demanderait la démission d’un Ministre français parce qu’il avait passé ses vacances en Tunisie aux frais du clan BEN ALI ? La France qui a eu depuis des décennies une « Politique arabe » très privilégiée nous avait pourtant habituées à moins de critiques… De droite ou de gauche, quasi tous les Politiciens français ont toujours fait preuve d’une très grande tolérance envers les leaders arabes. Peut-être que parfois certaines postures ont été  justifiées (Maroc ? Jordanie ?). Mais il ya des exemples forts de ces collusions quasi immorales: le soutien apportée à Saddam HUSSEIN par l’extrême droite menée par Jean-Marie LE PEN, et les largesses de la France à l’endroit de Yasser ARAFAT, sous MITTERAND et sous CHIRAC. Ces deux leaders arabes étaient pourtant bien pires que les Dictateurs que l’on veut chasser aujourd’hui du pouvoir.

Une des conséquences de ce grand déballage médiatique, c’est qu’il nous fait comprendre que les critiques envers la « Diplomatie du Cowboy » étaient infondées. Maintenant que même ceux qui trouvaient des excuses aux pires tyrannies arabes reconnaissent les méfaits de ces régimes; on se demande bien vers quel pays il fallait se tourner pour prendre conseil avant de se défendre. Si on va jusqu’au bout de la logique ; ceux qui comme CHIRAC voulaient un gouvernement mondial et parlaient d’illégitimité de la Guerre en Irak parce que l’ONU n’avaient pas donné son quitus, revenaient dans les faits à vouloir que des tyrannies se prononcent sur la pertinence ou non de s’en prendre à une autre tyrannie ! Le multilatéralisme a toute sa place dans des instances internationales comme l’UNESCO ou l’OMC, mais pas quand il s’agit de décider de la liberté ou de la sécurité des populations. C’est cette logique de « gouvernement du monde » qui a par exemple permis que la Commission des droits de l’Homme de l’ONU soit présidée par la « « très démocratique » » Lybie du Colonel Kadhafi… Suivant le même raisonnement, on reproche souvent à Israël son unilatéralisme lorsqu’il s’agit de défendre ses intérêts vitaux. Mais quand on voit ce que les régimes arabes de la région sont capables de faire subir à leurs propres populations, pouvons-nous avoir encore une doute sur ce qu’ils feraient de l’Etat juif s’ils en avaient la possibilité ?

Les régimes qui, à cause de leurs dérives, se sont délégitimés à conduire leurs propres peuples, n’ont aucune leçon à donner sur les problèmes du monde ! Lorsqu’il s’agit de lutter contre l’Islamisme et le terrorisme, il faut s’armer des valeurs de liberté et de démocratie, espérer le soutien de ceux qui les partagent, mais surtout ne pas s’embarrasser des résistances de ceux qui vivent de ces fléaux ou de ceux qui ne voudront jamais que la liberté s’impose chez leur voisin, de peur qu’elle ne traverse la frontière.

Tirons les bonnes leçons des évènements historiques auxquels nous assistons !

 

 

Commenter cet article