DROITE Vs EXTREME DROITE

Publié le par NEOAFRICAIN

Comme un éternel serpent de mer, le « débat » sur le positionnement de la Droite française par rapport à l’Extrême Droite ressurgit. Cette discussion est archi-connue, comme la position des uns et des autres. Le Front National est depuis ses origines l’ennemi de la Droite française, et son opposition s’est perpétuée jusqu’à se réjouir de la défaite de Nicolas SARKOZY en 2012. Le FN fait mine de partager parfois certaines idées de la Droite, mais en vrai, elle rêve d’une Droite explosée. De l’autre côté, la Gauche française est l’alliée objective de l’Extrême- Droite. Non pas que les deux partagent les mêmes idées, mais depuis toujours la Gauche, qui toute tendance confondue est minoritaire en France, se voit assurée de remporter des élections quand le FN est haut. C’est arithmétique. L’exception du 21 avril 2002 vient de ce que la Gauche était elle-même divisée comme jamais.

Entre ces deux réalités, la Droite a toujours été prise au piège du « Front Républicain » qui lui impose quand elle n’est pas au second tour de voter pour tout ce qui n’est pas extrême-droite. Faisant ainsi facilement le jeu de la Gauche.

En ce qui me concerne, je ne me vois pas voter pour un parti de Gauche, ni voter pour le Front National. Ma famille c’est la Droite et le Centre.

La vraie ligne de démarcation, c’est le sectarisme et l’intolérance extrême. Les électeurs sont capables de discerner par eux-mêmes. Je ne pourrai jamais soutenir cette Gauche sectaire qui nous impose des changements de société extrêmes contre la conscience de la majorité des Français, et qui défend davantage des criminels que les victimes, qui invente des taxes à 75%,... Donc oui, a priori le sectarisme est omniprésent à l’Extrême Droite, mais il l’est aussi à Gauche.

Mais je crois que François FILLON a parfaitement résumé le seul mot d’ordre qu’un Homme d’Etat peut donner : « Aux élections municipales, plus que dans toute autre élection, j’affirme que les électeurs sont bien placés pour juger, évaluer, choisir le plus compétent des candidats, et repousser par eux-mêmes et en conscience ceux qui sont sectaires, incapables d’agir pour leur ville ou leur village avec tolérance et pour le bien public.  J’ai cru comprendre que le Front National se sentait visé. On ne peut rien lui cacher !

Mais j’ai aussi entendu certains dans la majorité se sentir concernés… Eh bien oui, le combat contre le sectarisme passe aussi par le parti socialiste qui, notamment, doit s’interroger sur ses relations avec l’extrême gauche avant de donner des leçons aux autres. »

Ce débat nous rappelle l’importance pour nos valeurs qu’un candidat de la Droite et du Centre soit présent au second tour des élections municipales, régionales, législatives et Présidentielles. Ca permettra à la France de garder le marteau et l’enclume dans la célèbre boîte à outils de l’actuel Président !

Publié dans POLITIQUE

Commenter cet article