BURQA ET MINARETS

Publié le par NEOAFRICAIN

Minarets-Burqa.jpg

Derrière ces simples mots, repose tout le malaise des peuples d’Europe qui voient leurs cultures, leur histoire, bref, leur identité judéo-chrétienne, menacée par un islam porté par des millions de Musulmans qui, si dans l’ensemble, ne présentent aucun problème d’intégration ou d’incompatibilité avec les pays d’accueil, gardent en leur sein une minorité radicale qu’il faut dénoncer.

 

Lors de leur dernière votation, les Suisses ont voté en grande majorité pour interdire toute nouvelle construction de Minarets. Le « politiquement-correct » s’est alors exprimé dans tous les médias : Horreur, les Suisses sont racistes ; c’est illégal ; présentons nos excuses aux Musulmans ; etc.… Il y eut même des députés Belges pour proposer de retirer tous les signes religieux afin de ne pas frustrer les Musulmans (!). Mais au fil des jours, les sondages ont montré que la même proposition que les Suisses ont approuvée aurait obtenu un résultat similaire dans les autres grands pays du Continent.

Le constat est que sur ce sujet, il y a trop de non-dits. De peur de passer pour islamophobes, les gens ont feint de refouler leur identité. Mais un jour, ça explose.

 

Quand on arrive dans un pays, on doit savoir accepter son histoire, ses coutumes.

En homme de foi, je suis réticent à tout ce qui est loi d’interdiction dans ce domaine. Mais là, il ne s’agit plus seulement de foi, il  s‘agit d’un véritable programme politique qu’il faut combattre. Et là encore, le combat qui se mène ici, en occident, aura des conséquences en Afrique et dans d’autres contrées. La construction de mosquées, souvent financée par le « Guide » libyen (qui ne cache pas son ambition de porter la flamme de l’islam partout où il le pourra), dénature déjà plusieurs pays africains de culture chrétienne. Non pas que ces peuples sont prêts à quitter leur religion historique, mais plutôt que personne sur place ne peut résister à un Musulman prêt à déverser ces pétrodollars en contrepartie de la construction de ses lieux de culte.

 

La Burqa est le symbole de cet islam radical qu’on ne peut tolérer dans les rues. La quasi-totalité de la classe politique est défavorable à cet accoutrement.  Le seul débat qui reste est de savoir s’il faut voter une loi interdisant purement et simplement son port en public.

Je pense pour ma part que comme la Burqa est un symbole, il faut le détruire. Une loi, est donc requise. Même si les terroristes utiliseront ce prétexte pour s’en prendre à la France et que stupidement, certains responsables de l’administration Obama donnent déjà des arguments à ces fous.

D’aucuns s’étonneront que l’on puisse se dire défenseur des libertés publiques et individuelles et soutenir ces lois interdisant.

Mais dans notre monde hyper-médiatique et à l’heure où l’islamisme menace l’essence mêmes de nos sociétés, il n’y a pas de petites victoires contre l’intolérance et le prosélytisme musulman. Reculer aujourd’hui sur ces débats, serait garantir dans les années à venir la prédominance de l’islam (et avec elle de sa minorité radicale).

 

C’est le genre de fautes que l’on ne peut pas se permettre de faire !   

 

Publié dans RELIGION

Commenter cet article